Chaudière Hugo Bergeron
Chaudière
Hugo Bergeron

Né en 1981, Hugo Bergeron a complété en 2008 un baccalauréat en arts visuels à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Il se définit comme un peintre paysagiste qui fait de la peinture chaotique mettant en lumière sa vision désordonnée du monde. Son point de vue sur le paysage relève du principe de stratification contribuant à rendre sensible ce foisonnement d’informations qui caractérisent le monde dans lequel il évolue. Dans cet ordre d’idées enchevêtrées, il cherche à proposer un paysage actif où il serait permis de déambuler librement, sans horizons ni frontières. À l’image du domaine musical, il aspire par le paysage pictural à proposer un lieu intemporel capable d’offrir à l’esprit l’occasion de s’évader ou de réfléchir dans le chaos de l’autre.

Il passe de la tache au motif et du motif à la tache et vice versa. Il y a le plaisir de peindre, de construire une image et de manipuler la couleur, la matière. Il y a aussi le désir de vouloir trop en mettre, de déstabiliser et d’être à la limite du confort et de l’inconfort dans cet univers esthétique. Il s’applique à faire des images chargées pour mettre en évidence la surabondance et la pression constante de notre société sur l’individu. Son observation du paysage est une réflexion critique de sa vision du monde dans le but de conserver l’éclat des surprises de la réalité. Le résultat en est une peinture hallucinée par l’intuition où il fait bon vivre dans l’imaginaire.

Malgré une approche traditionnelle du médium (peinture sur toile montée sur châssis), il souhaite repousser certaines limites de la peinture par la multiplication des effets picturaux, la surcharge de la couleur, la boulimie de la matière, l’accumulation des contrastes, la fragmentation des jeux de composition et finalement, par une recherche scrupuleuse de l’ordre.