Bagatelle II Jérôme Fortin, 2002 Assemblages 30 cm x 96 cm x 76 cm avec plate-forme
Bagatelle II
Jérôme Fortin, 2002
Assemblages
30 cm x 96 cm x 76 cm avec plate-forme

«Le travail de Jérôme Fortin, réalisé à partir d’objets du quotidien et basé sur le concept des cabinets de curiosités du 16 e siècle (devant lesquels collectionneurs et curieux d’autrefois se délectaient devant des trouvailles exotiques) remonte à 1996, où il créait de véritables curiosités à partir d’allumettes, bouchons de liège, boîtes de conserves et autres attaches-poubelle.

En 2000, l’objet, auparavant ni tout à fait bijoux, ni tout à fait amulette et toujours unique dans sa proposition visuelle laisse place à un travail dorénavant élaboré en séries, où la forme se répète et où les variations touchent principalement les couleurs. Jérôme fortin s’exerce à répéter les mêmes interventions sur les objets d’une même catégorie, tels que fils de téléphones, livres et bouteilles de plastique, redonnant à l’objet transformé en variations multiples son caractère industriel d’origine.»
Source: http://jeromefortin.com/portfolio/cabinets-de-curiosite/

Né à Joliette en 1971, Jérôme Fortin vit et travaille à Montréal. Depuis 1996, il a présenté une dizaine d’expositions individuelles principalement au Québec et a participé à de nombreuses expositions collectives au Québec et au Canada, mais aussi à l’étranger : New York, Bruxelles, Bologne, Dieppe. Il a effectué également plusieurs résidences d’artiste, notamment chez Graff (Montréal), au Centre est nord est (Saint-Jean-Port-Joli), au World Financial Center Arts & Events (New York) et à la Fondation Christoph-Merian (Bâle).

À partir d’objets les plus banals de notre quotidien, Jérôme Fortin est passé maître dans l’art de créer des sculptures dotées d’une grande force visuelle et d’un sens poétique indéniable. C’est grâce à une attention soutenue pour capter la valeur formelle des petits riens qui sillonnent notre vie quotidienne, et avec une patience infinie à les manipuler que Jérôme Fortin fait surgir des poèmes visuels étonnants.

L’œuvre de CollectArt reflète bien le travail de Jérôme Fortin, réalisé à partir d’objets du quotidien et basé sur le concept des cabinets de curiosités du 16e siècle (devant lesquels collectionneurs et curieux d’autrefois se délectaient devant des trouvailles exotiques) où il créa de véritables curiosités à partir d’allumettes, bouchons de liège, boîtes de conserves et autres attaches-poubelle.

Jérôme Fortin a reçu en 2004 le Prix Pierre-Ayot (de la Ville de Montréal et de l’Association des galeries d’art contemporain de Montréal) qui souligne l’excellence de la création montréalaise en arts visuels.

Il présentera une exposition individuelle à l’Ambassade du Canada au Japon (Tokyo) en 2006 et une exposition majeure au Musée d’art contemporain de Montréal en 2007.